• Contact Us
  • Contact Us

94% des participants

affirment que Landmark a marqué une différence profonde et durable dans leurs vies.

The Metro Magazine

TRADUCTION

METROTIMES

11-17 FEVRIER 1998

Renouveau urbain, avantage mental

Comment un cours d'enrichissement personnel au passé controversé aide à transformer Highland Park.

Par Desiree Cooper

Imaginez un centre urbain avec un centre commercial flambant neuf de 45 millions de dollars, qui attire les clients en mal de shopping à des kilomètres à la ronde. Le centre commercial est entouré de logements de haut niveau, et son artère principale est envahie par la population des banlieues qui est retournée à la ville en raison de la commodité de sa situation géographique ainsi que de la sécurité et de l'agrément de ses quartiers.

Ce sera l'aspect d'Highland Park dans tout juste trois ans, si l'on en croit son maire Lindsey Porter.

C'est une vision que ne justifie pas vraiment le passé récent de Highland Park. Lorsque Porter a assumé ses fonctions en 1992, les choses sont immédiatement de mal en pis. Chrysler annonça que la compagnie allait transférer son siège mondial à Auburn Hills, laissant un trou de 8 millions de dollars dans le budget annuel de 16 millions de la ville.

« J'ai conservé les articles de journaux qui affirmaient que le départ de Chrysler sonnait le glas de la ville de Highland Park », dit Linsey Porter.

Highland Park a subi un autre coup dur l'été dernier, lorsqu'une mauvaise tornade a rasé une grande partie de la ville. « Nous n'avions aucun argent pour les services d'urgence » dit le maire. Nous n'avions pas les ressources nécessaires pour enlever et replanter les arbres magnifiques qui avaient été perdus. Les lignes téléphoniques étaient hors de service, et les différents départements de la municipalité ne pouvaient pas communiquer entre eux ou avec les citoyens. » Mais l'argent n'était pas nécessaire à la résolution de tous les problèmes.

« Il y avait quelque chose que l'on pouvait changer sans frais : notre état d'esprit », raconte le maire, né à Highland Park. « Il nous fallait faire renaître la confiance et le sentiment que cette communauté était aussi viable que n'importe quelle communauté de banlieue. » Il s'agissait d'une attitude gagnante qui porte maintenant ses fruits. « J'ai entendu dire que le Conseil de la Renaissance de Detroit a parlé de ce qui se passe ici à Highland Park », dit M. Porter. « Un sentiment positif rayonne de la communauté, et les gens commencent à remarquer qu'il y chez nous quelque chose de spécial. »

Ce qu'il y a de spécial, d'après M. Porter, c'est un ensemble de puissants outils mentaux mis au point par Landmark Education Corporation, une entreprise mondiale au passé controversé qui apprend aux gens « ce qu'être un être humain signifie. »

M. Porter, qui a assisté au Forum de Landmark en 1991, affirme avoir pu accomplir un miracle à Highland Park parce qu'avec son équipe, il parle un langage de possibilités. Des 25 membres de celle-ci, 17 ont assisté au Forum de leur côté. Trois membres du conseil municipal sur cinq y ont également assisté. C'est aussi le cas du chef de la police de Highland Park, du Directeur exécutif du département des loisirs, du Directeur du personnel/des ressources humaines, et de plusieurs personnes nommées par le maire.

« Cela signifie que je dispose d'un gouvernement qui s'attache à rechercher des solutions au lieu de critiquer », dit M. Porter, qui ajoute rapidement que cela ne veut pas dire qu'il est entouré de « béni-oui-oui ».

« Si vous travaillez constamment en vue de solutions, même la critique est constructive. C'est pourquoi Highland Park va de l'avant alors que Detroit s'enlise dans les conversations négatives.

« Lorsque je me reporte en arrière, à la situation que j'ai trouvée, à ce à quoi j'ai dû faire face, sans ma formation avec Landmark Education, je n'aurais jamais pu faire ce que j'ai fait », dit M. Porter. « Landmark m'a fourni les outils qui m'ont permis d'être la personne qu'il fallait au pire moment pour la communauté. »

Des transformations difficiles
Assister à une session de présentation pour le premier cours de Landmark dans le cadre de son Programme pour la vie - Le Forum - est comme marcher sur un territoire étranger, avec sa propre langue. « Si vous participez au Forum, vous ferez des découvertes dans le domaine de la communication et de l'efficacité personnelle », promettent les animateurs des sessions. « Le Forum » est une recherche de la signification de ce que c'est qu'être un être humain »

Au cours des trois jours et une soirée du Forum (45 heures épuisantes, émouvantes et intenses), les gens affirment qu'ont lieu des transformations essentielles : des mariages sont soudain réparés. Des mères et leurs filles deviennent meilleures amies après des années de disputes. Des enfants adultes pardonnent à leurs parents leur alcoolisme et leurs mauvais traitements. Des gens deviennent d'excellents professionnels.

« C'est un ami qui m'a parlé du Forum pour la première fois », raconte la femme de M. Porter, Pat Reid-Porter. « Je le connaissais avant qu'il assiste au Forum, et quelque chose en lui a changé après cela. Il était plus calme, plus en paix, plus disponible pour les gens. Je savais que quelque chose avait eu un impact énorme dans sa vie. J'ai voulu en faire aussi l'expérience ». Mme Reid-Porter jubile lorsqu'elle parle de tout, en particulier du Forum.

« J'ai résolu des problèmes dont je ne me rappelais même plus l'existence. J'étais une personne heureuse et équilibrée avant le Forum, mais le cours a mis à ma disposition quelque chose dont je n'avais même pas connaissance du manque. »

C'est, disent les représentants de Landmark, ce qu'accomplit le Forum.

« Il ne s'agit pas de ce que vous aviez conscience de connaître. Il ne s'agit pas de ce que vous aviez conscience de ne pas connaître », explique un leader de la session de présentation. « Le Forum met en lumière le domaine de ce que l'on n'a pas conscience de ne pas connaître. C'est là qu'existent des possibilités réelles. »

Un passé controversé
A l'origine, Landmark est l'idée d'un gourou controversé des années 70, Werner Erhard. En 1971, Erhard introduisit « est » (Erhard Seminar Training). Est est rapidement devenu à la fois la rage et la furie de la psychologie populaire des années 70. Le credo de est était le suivant : « l'objectif de est est de transformer votre capacité à vivre votre vie, de telle sorte que les situations que vous avez supportées ou essayé de changer s'éclairent dans le processus même de la vie ». Mais cette devise de style Zen était souvent mise en pratique avec une ferveur exagérée. Les formateurs de est criaient des obscénités aux participants au cours de sessions destinées à briser leur volonté, et qui duraient 17 heures sur 24, sur une période de quatre jours. Les participants n'étaient pas autorisés à quitter la salle pour manger ou aller aux toilettes, sauf lors de pauses établies, une tactique destinée à empêcher les gens de se laisser aller aux comportements traditionnels de dérobade.

La controverse autour de la méthodologie est n'était rien à côté de celle qui entoure son fondateur. Si l'on en croit une récente étude publiée par Harvard Business School, Erhard admettait lui-même avoir emprunté « le bas chemin vers la sagesse. »

A la fin des années 80, Erhard était alternativement accusé de fraude fiscale (un accord intervint par la suite avec l'IRS qui lui accorda 200.000 dollars lorsque cet organisme admit avoir fourni de fausses informations à la presse). Lors d'une interview télévisée dans le cadre du programme « 60 minutes », ses enfants l'accusèrent d'avoir abusé d'elles. Plus tard, une de ces filles déclara qu'un reporter lui avait offert un contrat pour la publication d'un livre, en échange de fausses déclarations au sujet de son père.

Les représentants de Landmark affirment que Erhard était en avance sur son temps, et que c'est pour cela qu'il était profondément incompris du public, et en particulier des médias. Erhard mis fin aux cours en 1984, et introduisit le Forum l'année suivante. « En 1991, Ehrard a vendu la licence d'utilisation des droits de tous les programmes qu'il avait conçus aux employés de l'entreprise, » dit Sharon Spaulding, Directrice des relations avec les médias pour Landmark. « Ils ont formé leur propre compagnie, et l'ont appelée Landmark Education ».

Aucun employé ne détient plus de 2,5% des actions. D'après l'étude publiée par Harvard, les revenus de la société se montaient à 49 millions de dollars pour 1997, pour 2 millions de bénéfices. Tous les profits ont été réinvestis dans la compagnie.

Mme Spaulding affirme que la société considère Werner Erhard comme « un ami de l'entreprise ». En dépit de sa popularité grandissante et de son succès financier, la société demeure extrêmement prudente avec les médias, ce qui ajoute encore au secret qui l'entoure. En 1994, Landmark a réclamé 40 millions de dommages et intérêts au Cult Awareness Network, basé à Chicago, qui avait distribué des informations préjudiciables à la société. Un accord est intervenu entre les deux parties en 1997, lorsque CNN convint qu'il ne considérait pas Landmark, ni aucun de ses programmes, comme une secte.

Pour participer au Forum, il faut accepter de respecter de nombreuses règles. Il n'est pas possible d'y prendre part si on est en thérapie, ou soumis à un traitement médical dans le cadre duquel une station assise pendant de longues heures est déconseillée, ou qui exige un horaire strict pour les repas. De même, toutes les conversations des participants au cours du Forum doivent être maintenues strictement confidentielles, tout comme le contenu du cours, protégé par des droits d'auteurs.

Landmark Education possède maintenant 57 bureaux dans le monde entier, et Landmark a conduit 138 programmes pour plus de 10.000 personnes dans des communautés défavorisées, des Maoris de Nouvelle-Zélande jusqu'en Ouganda, en passant par les 2,9 miles carrés de la ville de Highland Park.

Une ville de rêve
En 1991, Mme Reid-Porter avait déjà convaincu son mari et 30 à 40 de ses amis d'assister au Forum. « En tant que groupe, rien ne pouvait plus nous arrêter. Nous pouvions tous parler la langue de la possibilité. »

Cette année-là, Linsey Porter a décidé de présenter sa candidature au poste de maire, et Pat venait de terminer un cours avancés de Landmark intitulé « Programme d'expression de soi et Leadership».

« Il s'agit d'un des cours de perfectionnement dans le cadre duquel on commence vraiment un projet de communauté, » dit Mme Reid-Porter. « Linsey rêvait de refaire de Highland Park une grande ville. J'avais aussi une vision : et si on pouvait changer le paradigme de Highland Park, d'une ville perdue pour en faire une ville de possibilités. »

Pat mit en place une association des Communautés de Highland Park-Detroit pour soutenir le maire nouvellement élu dans ses projets communautaires. L'organisation, qui s'appelle maintenant le Réseau Highland Park-Detroit Village, sponsorise toujours une foire de la santé annuelle, où près de 800 résidents de Highland Park reçoivent une attention médicale gratuite.

Mme Reid-Porter ne s'est pas seulement investie pour appuyer la vision de son mari (en fait, il est difficile de déterminer lequel des deux a consacré le plus d'efforts à la résurrection de Highland Park), elle s'est également attaqué à Landmark - même, dont elle cite les frais d'inscription de 625$.

« Je les ai défiés : je leur ai dit que le coût des séminaires était trop élevé, et que nous avions besoin d'un Forum communautaire à Highland Park. » Depuis 1991, Landmark a conduit 15 Forums communautaires à Highland Park. Le prix, maintenant de 325$, permet à beaucoup, qui n'en avaient auparavant pas les moyens, d'y assister. Même si le cours est ouvert à tous, Mme Reid-Porter estime que 900 parmi les 1500 diplômés du Forum de Highland Park étaient des résidents de Detroit ou de Highland Park.

« Notre Forum est le seul qui accueille des personnes de 13 à 90 ans. Il n'y a pas d'autres sites de Landmark où des adolescents peuvent assister au Forum avec leurs parents. Et, en raison de l'engagement de Landmark en faveur des jeunes, la société offre des bourses d'étude pour que les adolescents puissent suivre l'intégralité du Programme de vie, de façon à ce qu'ils puissent voir des possibilités là où il n'y en avait auparavant aucune. »

Une preuve indéniable
Lorsque le ciel a tonné et que les arbres sont tombés sur Highland Park l'été dernier, le maire a convoqué son équipe.

« Lorsque j'ai dit , « il nous faut créer des possibilités », ils se sont lancés à l'action. Ils savaient quoi faire », se souvient M. Porter.

Avec un budget dépourvu des fonds nécessaires aux secours après la tempête, le maire et son équipe ont pris leur téléphone. « Nous avons appelé Home Depot, Builder's Square et d'autres entreprises, et leur avons demandé de nous aider. A 9h30 le lendemain matin, Home Depot nous avait envoyé 50 ouvriers, des tronçonneuses à essence, des râteaux, etc. Des entreprises d'élagage d'arbres et les villes voisines nous ont gracieusement aidés. Des entreprises firent don de téléphones cellulaires pour éviter la paralysie du gouvernement municipal. « M. Porter affirme que c'est ce type d'attitude positive qui a persuadé les investisseurs de prendre en considération Highland Park. »

« Il y a quelques années, aucune entreprise importante ne répondait à nos appels téléphoniques. Aujourd'hui, des chaînes telles que IHOP et Outback Steakhouse m'appellent. »

La preuve est sur le trottoir.

  • Au mois de novembre, un développement de 14 millions de dollars, Model T Plaza, a ouvert sur Woodward et Manchester. Le centre commercial s'appuie sur le magasin Farmer Jack, l'un des plus rentables des Etats-Unis d'après M. Porter. Model T Plaza se trouve en face de Highland Park Place, un centre commercial de 5 millions de dollars ouvert en 1993.
  • Premiers lotissement neuf à prix de marché à Highland Park depuis 30 ans, North Pointe a été construit l'année dernière par un promoteur de l'Illinois. Ses sept maisons ont été vendues pour jusqu'à 120.000 dollars chacune. Des plans sont en cours d'élaboration pour construire 100 maisons à North Pointe au cours des quatre prochaines années.
  • Au mois d'octobre, l'autoroute Davidson rénovée ouvrira avec de nouvelles sorties - pour Woodward Avenue, directement au sud du district commercial en développement de Highland Park. Et le pouvoir de la pensée positive a incité les diplômés individuels du Forum à investir à Highland Park.

Après avoir assisté au Forum de Highland Park, Gail Martin a décidé d'y ouvrir une franchise de comptabilité Jackson Hewitt.

« J'ai décidé que c'était là que je voulais être », confie le PDG de deux entreprises de Oak Park, née à Detroit. « Maintenant, mon magasin sur Woodward à Highland Park réalise le plus gros chiffre d'affaires de l'état.»

Ce sont les conversations positives qui font que Carol Damskey, originaire de Highland Park et qui a maintenant 69 ans, envisage de vendre sa maison de Royal Oak et de revenir au pays. Elle a assisté à un cours avancé à l'automne dernier, et s'est depuis engagée à soutenir le travail de Thea Bowman de Highland Park, un centre de soins pour les pauvres, géré par les infirmières. Même si le maire attribue le mérite de beaucoup de ce qui a été accompli à Highland Park au Forum, Mme Spaulding de Landmark fait remarquer :

« Un cours ne peut pas transformer une communauté. Le Forum a peut-être joué un rôle important dans la résurrection de Highland Park, mais c'est ce que les gens y ont fait qui importe. Ils ont pris les outils et les ont utilisés pour réaliser leur vision. C'est tout à leur honneur. »

*Extrait de MetroTimes, Highland Park, Michigan (EUA), 11-17 février, 1998

Landmark Worldwide

Avoir une vie extraordinaire
Redéfinir le possible

Inscrivez-vous maintenant